LÉA NATURE s’engage sur l’éco-conception des emballages avec le projet My Pack

Le Groupe

9/07/2019

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Chez LÉA NATURE, notre volonté est de trouver des solutions durables d’emballages dans le but de limiter la production de déchets, optimiser leur recyclage et réduire les matières premières d’origine fossile.

LÉA NATURE, pour sa marque Jardin BiO, est partie prenante dans le projet MyPack, un projet européen d’innovation sur les emballages alimentaires plus écologiques.
Luc Gauduchon, notre Directeur Innovation Technologique Alimentaire, pilote le projet côté LÉA NATURE, avec le service Innovation, Recherche & Développement dédié aux packs.

Il nous explique ce projet d’envergure européenne sur les emballages.

 

 

Qui sont les parties prenantes du projet My Pack ?

 

Nous sommes 20 partenaires impliqués dans ce projet, dont 3 industriels de l’agroalimentaire : un fabricant grec de salades fraîches, un fabricant allemand d’aliments infantiles, et nous-mêmes,  concepteur et fabricant d’aliments biologiques.

Parmi les autres partenaires figurent des industriels de l’emballage, des centres techniques, instituts de recherche et universités, un spécialiste de l’étude d’impact environnemental, un spécialiste de la communication, et des académiques.

Au total, 6 pays de l’Union-Européenne sont représentés dans ce projet !

 

leanature-ecoconception-emballages

Luc Gauduchon, Directeur Innovation Technologique Alimentaire, et Giulia Grenato, Chercheuse à Wageningen.

 

 

Quels sont les objectifs du projet My Pack ?

 

MyPack est un projet européen sur les emballages, qui s’étale sur 42 mois ; il se terminera en avril 2021.

L’objectif est de fournir aux industriels de l’emballage et de l’agroalimentaire des outils et méthodes leur permettant de sélectionner les solutions d’emballages vertueuses, et optimiser leur stratégie de développement commercial.

Les solutions en termes d’emballages doivent prendre en compte :

  • l’efficience environnementale (impact direct de l’emballage, impact sur le gaspillage alimentaire, optimisation du recyclage, préservation de la santé du consommateur) ;
  • l’appropriation par le consommateur ;
  • la faisabilité industrielle.

De nouveaux matériaux et procédés de fabrication d’emballages sont étudiés et développés à petite échelle, évalués en termes d’impact environnemental via une approche multicritères basée sur l’analyse du cycle de vie (ACV) simplifiée.
Ils seront ensuite testés par les industriels de l’agroalimentaire, impliqués dans ce projet, sur leurs produits finis respectifs, dont LÉA NATURE pour sa marque Jardin BiO.

Au titre de nos engagements en matière d’écoconception des emballages de nos produits alimentaires, en particulier pour notre marque Jardin BiO, nous sommes concernés par les objectifs spécifiques des bioplastiques*. À savoir la réduction d’utilisation de plastiques fossiles en amont et la prise en compte de la fin de vie (ou reyclabilité).

 

 

 

Comment s’est passée l’intégration de LÉA NATURE dans le projet My Pack ?

 

Nous étions connus dans le secteur de l’agroalimentaire pour nos engagements pris en 2016 sur la réduction des emballages plastiques.
Nous avons été sollicités par des responsables académiques de l’agroalimentaire, notamment l’ACTIA (Association de coordination technique pour l’Industrie Agro-Alimentaire), pour faire partie du programme européen Horizon 2020 de financement de la recherche et de l’innovation.

Nous avons présenté un dossier de candidature qui a su convaincre les porteurs du projet My Pack, ainsi que les instances européennes qui ont agréé LÉA NATURE comme partenaire pouvant percevoir des subventions européennes, une première pour le Groupe !

C’est un grand honneur pour nous, beaucoup de responsabilités, et une opportunité unique de travailler avec de nouveaux partenaires dans un cadre international de très haut niveau scientifique.

Concrètement, l’intégration de LÉA NATURE dans le projet My Pack, implique :

  • de s’engager fortement et durablement auprès de nos partenaires du projet;
  • de garantir la bonne prise en compte de leurs besoins et spécifier clairement les nôtres;
  • de participer activement aux réunions de consortium et aux groupes de travail;
  • d’assurer un reporting financier et technique conforme aux règles de l’Union-Européenne pour les projets qu’elle finance.

 

 Quels sont les bénéfices du projet My Pack pour LÉA NATURE ?

 

Le premier bénéfice est la subvention. Nous bénéficions d’une enveloppe de 100 K€ sur la durée du projet qui finance notre temps passé, nos coûts de fonctionnement afférents, et – en fin de projet – nos coûts d’essais sur les lignes de production.

Le second, est une ouverture très forte sur l’extérieur, une voie d’accès à des informations et expertises peu accessibles par ailleurs, qui nous aident à comprendre les enjeux techniques et les risques autour des emballages vertueux, et renforcent nos propres expertises.

Le troisième est une très forte émulation, liée à un travail dans un environnement multiculturel en anglais, avec des personnes engagées et expertes dans des domaines très variés. C’est une belle aventure humaine, très motivante !

Enfin, et principalement, nous fondons de très gros espoirs dans le développement et l’intégration future dans nos usines d’emballages plus vertueux, fruits de ruptures technologiques auxquelles nous aurons contribué, pour le bénéfice de l’entreprise mais aussi de la société dans son ensemble, donc pour le bien des générations futures. À ce jour, riches de cette toute nouvelle expérience de participation à un projet européen « Horizon 2020 », nous espérons pouvoir transformer l’essai sur l’un ou plusieurs de nos emballages Jardin BiO en 2021 ou 2022.

 

Le projet, s’étale sur 42 mois, quelles sont les étapes ?

 

Le projet a démarré avec le lot 1, qui consiste à formaliser les spécifications des fabricants de produits impliqués dans le projet.
Nous avons choisi de nous focaliser en priorité sur les biscuits, produits « techniques » (hautes cadences, barrières eau oxygène huile…), permettant d’appliquer ensuite la solution développée à d’autres produits moins complexes.

Nous sommes actuellement au cœur du lot 2 (étude des attentes et perceptions du consommateur) et du lot 3 (étude de l’impact environnemental).

Le lot 4 a démarré depuis un an au niveau des laboratoires et équipes de recherche des industriels de l’emballage : il s’agit de concevoir et développer à échelle laboratoire puis pilote des solutions d’emballage – sous forme de film et barquettes – et vérifier qu’elles répondent aux spécifications issues du lot 1.
Nous espérons tester des premières bobines fin 2019 ou début 2020, et réaliser tout au long de l’année 2020 des essais industriels, suivis de vieillissement et analyses.

Le lot 5 est la phase d’optimisation et d’exploitation : il s’agit d’ajuster et de valider les solutions développées dans le lot 4 en vue de l’exploitation.

En parallèle de ces 5 grandes phases, le projet comprend aussi un volet « communication » (lot 6), un volet « management » (lot 7), et des engagements éthiques (lot 8), qui le structurent du début à la fin.

 

En savoir plus sur le projet My Pack

 

*Les bioplastiques sont des matériaux d’emballages présentant des qualités mécaniques dites « plastiques » (souplesse, étanchéité, résistance…) intégrant une qualité environnementale en amont (matériau issu de ressources renouvelables) et/ou en aval (matériau biodégradable voire compostable).