L’éco-conception des thés et infusions bio Léa Nature

Alimentation

15/11/2018

Thés et Infusions Bio Léa Nature : exemple d’une démarche d’éco-conception

 

Les marques de LÉA NATURE ont toutes pour objectif de réduire l’impact environnemental dans le cycle de vie des produits, depuis la conception jusqu’au recyclage.

Décryptage de chacune de ces étapes avec les thés et infusions bio de la marque Jardin BiO.

 

Les ingrédients : biologiques et locaux

thyme-2368676_1280
Les thés et infusions Jardin BiO sont composés à 100% d’ingrédients biologiques, et fabriqués en France, au siège social de LÉA NATURE à Périgny (Charente-Maritime).

 

Depuis 2010, Jardin BiO fait apparaître sur ses packagings le logo « Producteurs Régionaux » lorsque que 70% à 100% des ingrédients agricoles bio contenus dans les produits sont d’origine France. Ce logo garantit au consommateur que la fabrication du produit a bien eu lieu en France (démarche contrôlée par Ecocert France).

 

 

Des emballages 100% écologiques

 

En 2012, LÉA NATURE fait un pas de plus pour l’environnement, et innove en ôtant les agrafes de ses sachets de thés et infusions bio.
Une mesure aux résultats impressionnants : 480 millions d’agrafes par an[1] sont économisées, soit 3 tonnes de métal : le poids d’un hippopotame !

Au-delà de ces économies notables, l’association avec une infusette entièrement compostable permet aux thés et infusions bio d’être entièrement biodégradables.
Les consommateurs peuvent donc les recycler directement au compost domestique.

L’étui carton du produit est composé à 80% de fibres recyclées. Il est imprimé avec des encres végétales chez un imprimeur certifié Imprim’Vert.
C’est l’un des étuis les plus compacts des marques de tisanes en grandes surfaces.

 

 

Les économies d’énergie en production

atelier-production-alimentaire-leanature
Les phases de production et d’expédition jouent un rôle primordial quant à l’empreinte carbone d’un produit.
Dans le cas des infusions bio, l’acquisition d’une nouvelle machine de conditionnement a par exemple permis de réduire le volume de cartons utilisés : 34,2 tonnes de carton ont été ainsi économisées en 2015, soit 36 tonnes de CO2 !
L’optimisation du stockage et filmage des palettes (réduction de l’épaisseur du film plastique, suppression des intercalaires cartons…) est à l’origine d’une réduction de 4,35 tonnes de CO2.

 

 

 

 

[1] Si nos sachets contenaient toujours des agrafes, nous générerions 480 millions agrafes métalliques / an par rapport à une production sans agrafe.