Les Actualités Léa Nature

Le Groupe

Journal Libération spécial bio : interview du PDG de Léa Nature : 12/10/2016

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

 

Retrouvez la publi-interview de Charles Kloboukoff, fondateur et PDG de LÉA NATURE, paru le 5 octobre dans le journal Libération, dans le cadre d’un dossier spécial bio réalisé par la rédaction.

 

“LÉA NATURE, à l’inverse de la mondialisation, mise sur la régionalisation de la bio et la qualité des ingrédients”Charles-Kloboukoff-Léa-Nature

 

LÉA NATURE, fabricant bio français indépendant depuis 23 ans, privilégie le made in France.

 

1/ Comment est née l’entreprise LÉA NATURE, et selon quels principes a-t-elle grandi ?

Le fondement de LÉA NATURE est la volonté de proposer des produits naturels, bio et sains, respectueux de l’Homme et la biodiversité. Influencé par mon milieu familial, qui utilisait des médecines douces, j’ai démarré par remettre au goût du jour les vertus des plantes avec des tisanes et gélules de plantes à la marque Floressance. Lorsque mon épouse Catherine m’a rejoint, concevoir des produits issus de l’agriculture biologique, sans pesticides, nous est apparu comme une évidence. Jardin BiO, marque phare d’alimentation bio est née en 1995. Puis, nous avons développé la cosmétique naturelle et bio avec SO’Bio étic ou Eau Thermale Jonzac.

 

2/ Comment les avez-vous rendus accessibles sans rogner sur leurs vertus ?

Nous avons fait le pari de la maîtrise de l’ensemble de la chaîne de fabrication et des filières, ce qui s’avère fondamental en bio. Dès notre installation à la Rochelle, nous avons opté pour cette approche globale. Le prix s’en trouve réduit et la croissance des volumes permet d’améliorer le rapport qualité/prix.

 

3/ Cela impose un « sourcing » très rigoureux. Comment procédez-vous ?

Notre équipe Achats et Sourcing, avec ingénieurs agronomes, est très présente sur le terrain, réalise des audits agricoles et industriels. Nous accompagnons la structure des filières bio avec  des engagements :

  • préfinancement : LÉA NATURE peut avancer 20 à 30% du prix de la récolte;
  • contrats à long terme nous engageant sur des prix et des quantités ou contrats tripartites;
  • investissements dans des structures intermédiaires (ex : stockage de grains).

 

4/ Comment cette approche « bio-citoyenne » se concrétise-t-elle ?

Nos Chartes sont établies dans un esprit de transparence et de prévision des volumes sur un minimum de 3 ans.  Nous travaillons main dans la main avec les agriculteurs pour multiplier les approvisionnements et accompagner la conversion au bio. Il s’agit d’une politique de décloisonnement et coopération qui réclame une confiance mutuelle par rapport au modèle conventionnel. Pas facile mais hyper intéressant.

Avoir l’ambition d’être  une entreprise  bio-citoyenne se concrétise ainsi en favorisant les filières bio françaises, le développement des surfaces agricoles bio et le Made in France (plus de 70% de nos produits). C’est aussi faire des produits éco-conçus, limiter nos émissions carbone, sensibiliser à la protection de la nature, reforester dans le monde, soutenir le tissu associatif, développer le bien-être au travail, les emplois en région et l’actionnariat salarié.

 

5/ Comment contrôlez-vous la traçabilité des produits alimentaires bio importés, 20 à 30 % de vos ingrédients ?

Par les audits ECOCERT qui certifient la qualité bio, des visites régulières sur les lieux de production, et un budget analyses conséquent. Ces produits viennent des meilleurs terroirs : le jus d’orange des montagnes de Sparte, les  olives de Kalamata, le citron de Sicile, l’huile d’argan de Taroudant. Pour ceux de l’hémisphère Sud, on s’attache à une démarche sociale : choix de coopératives bio, équitables quand c’est possible, et sans  spéculation. Ce travail dans la durée est facilité par le fait que l’agriculture bio est gérée par des organisations collectives familiales, favorables à la proximité. Au final, l’idée est de contribuer à détricoter la mondialisation, qui crée des monopoles spéculatifs et qui livre les clés de l’économie aux financiers. Remettons l’économie au service de l’Homme et de la nature et non plus au service du profit maximum. J’y crois.

 

6/ Quelles sont vos perspectives de développement pour les mois et années à venir ?

Léa Nature a fait 182 M€ de chiffre d’affaires en 2015, 230 cette année, en croissance de près de  30%. Nous construisons pour 2017 et 2018 3 nouvelles  unités de productions dont une nouvelle unité cosmétique à La Rochelle. Nous investissons  également dans nos autres 9 sites en France pour développer des emplois locaux, dans le Sud-Ouest, en Rhône Alpes Auvergne, et à La Rochelle.

Enregistrer

'+
1
'+
2 - 3
4 - 5
6 - 7
8 - 9
10 - 11
12 - 13
13 - 14
[x]